Eau 

Un drone flottant pour l’expertise des milieux aquatiques et des systèmes d’assainissement collectif

Publié le

Le service de l’eau s’équipe d’un drone flottant pour l’expertise des milieux aquatiques et des systèmes d’assainissement collectif

Le service de l’eau du Conseil Départemental mettra bientôt à disposition des collectivités gersoises et pour ses propres besoins une technique novatrice : l’expertise des milieux aquatiques à l’aide d’un drone flottant.

Il vient de s’équiper d’un drone télécommandé à distance, équipé d’un système de géolocalisation et d’un échosondeur qui permet le repérage du voile de sédiment/boues afin de connaitre les profondeurs en eau d’un milieu.

L'exploitation des relevés de niveaux, dénommés profils bathymétriques ou cubatures, permet de :

  • localiser les sédiments ou les boues accumulées,
  • déterminer le volume d'eau libre et d'envasement d'un plan d'eau.

Ces paramètres, par un rendu cartographique, s'avèrent très utiles pour la connaissance du site exploré et en faciliter sa gestion.

Avec cette acquisition, le service de l’eau renforce dans un premier temps son offre d’ingénierie territoriale au territoire dans plusieurs domaines stratégiques :

  • l’assainissement collectif, avec un meilleur suivi du niveau des boues dans les lagunes, filières rustiques adaptées au contexte rural. Avec ces informations, les collectivités pourront anticiper les travaux de curage,
  • la surveillance des rivières, pour connaitre le niveau d’envasement en sédiments, et surveiller la navigabilité comme sur une portion de  la Baïse en débit d’étiage.

Dans un second temps, cet équipement ouvre à terme également des possibilités d'expertise interne sur d'autres sites remarquables, patrimoine du Département:

  • les espaces naturels sensibles, comme l’étang  du Moura ou celui de Sérilhac pour parfaire nos connaissances sur les réserves en eau nécessaires au bon maintien de la biodiversité,
  • les réservoirs hydrauliques, indispensables au stockage d’une réserve stratégique. Avec ces nouvelles données recueillies par le drone, les gestionnaires des ouvrages pourront appréhender les volumes disponibles, actuels et à terme, afin de concilier les différents usages de la ressource (eau potable, industrie, irrigation, maintien des débits minimums de nos rivières, loisir…) dans le contexte du réchauffement climatique.